PING magazine

Dernière édition

PING MAGAZINE 42 N°42 - octobre 2017 N°42 - octobre 2017

PING MAGAZINE 42 - N°42 - octobre 2017

La vie est faite de challenges Nous y voilà. C’est en effet ce weekend qu’aura lieu la Coupe du Monde de Ping chez nous. Même s’il s’agit de la 4e édition en 12 ans (c’est une vraie chance que nous avons là), c’est incontestablement l’évènement dont notre sport et notre pays ont besoin. Et ce, pour plusieurs raisons. Au niveau mondial d’abord avec des diffusions dans 80 pays et des audiences qui risquent d’atteindre les 100 millions de téléspectateurs. Cette vitrine ouvre des portes de notoriété tant au niveau de notre pays que de notre savoir-faire. Je profite de l’occasion pour remercier tous les partenaires, sponsors bien entendu, mais également les soutiens opérationnels qui sont tous belges. Un événement comme celui-là est collectif. Ensuite sur le plan local, régional et national. Notre sport souffre d’un déclin de visibilité médiatique depuis les années dorées, c’est un simple constat. Néanmoins, je pense que ce genre d’événement peut rebooster notre discipline et créer de nouvelles vocations. Pour l’anecdote, j’ai joué et perdu contre un jeune joueur la semaine dernière. Ce gamin est venu avec son école voir la Coupe du Monde en 2008, il a mordu, s’est passionné, s’est entraîné et est devenu série A à force de courage et de passions. En plus de cela, il a réussi des études supérieurs et inspire tous les jours les autres joueurs dans la salle d’entraînements. Jamais une défaite ne m’aura autant fait plaisir car c’est pour des gars comme Gaetan Zwartenbrouckx que je me bats tous les jours. D’un point de vue personnel, et comme certains d’entre vous le savent peut-être, j’ai endossé le rôle d’Échevin des travaux, du patrimoine et des infrastructures sportives dans ma commune d’Ans depuis le début du mois de juillet. Je compte m’y investir avec la même motivation que lors de ma carrière de joueur puis d’organisateur. À ce propos, ce n’est pas sans dissimuler ni mon émotion ni ma fierté d’avoir pu offrir une infrastructure de qualité à notre sport. Une salle dédiée au ping ouverte tous les jours dans des conditions identiques à celles rencontrées sur le tour et où n’importe quel amateur pourra louer sa table comme il peut le faire en tennis, padel ou squash. Ce fut l’occasion de réunir l’équipe vice-championne du monde 2001 et surtout celle qui a infligé à la Chine, sa dernière défaite à ce jour, c’était il y a 15 ans. Bonne Coupe du Monde à tous. Pongistement vôtre, Philippe Saive

Télécharger ce numéro

Voir tous les numéros